Home » Gestion du stress et des émotions » Peur de l’échec

Peur de l’échec

« Essaie encore. Échoue encore. Échoue mieux. »
– Samuel Beckett.
Y a-t-il des choses dans la vie que vous voulez faire ou vivre que vous ne faites pas car vous pensez : « Je ne peux pas », « Ce n’est pas pour moi » ? Vous le souhaitez, mais néanmoins quelque chose interfère entre votre désir et votre attitude. Quelque chose que nous pourrions appeler… la peur de l’échec ? Voyons voir…

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Les émotions (colère, peur, joie, tristesse, etc.) sont des réponses immédiates et automatiques qui s’activent dans notre corps en fonction des circonstances auxquelles nous sommes confrontés. Lorsqu’elles surviennent, des changements physiologiques se produisent qui affectent les systèmes circulatoire, respiratoire et glandulaire et préparent le corps à réagir différemment selon le type de stimulus. Son intensité peut varier en fonction de l’humeur, de la condition physique ou de la personnalité de la personne.

La peur, la réponse à une menace.

Dans le cas de la peur, le cerveau identifie les réponses corporelles telles que la peur par dilatation des vaisseaux, l’essoufflement, le rythme cardiaque rapide, les crampes d’estomac, etc. Le corps est soumis à un état de vigilance – bien qu’il puisse arriver qu’il soit paralysé avant d’agir. Nous pouvons reconnaître cette émotion lorsque nous ressentons de la nervosité, de l’inquiétude, de l’agitation, de l’anxiété et parfois même de la panique.

La peur n’est ni bonne ni mauvaise. C’est un signal que le corps nous envoie concernant une menace, réelle ou perçue par l’esprit, pour nous préparer à l’action. C’est lorsqu’elle persiste qu’elle peut nous nuire.
Le problème survient lorsque nous ignorons les signaux de notre corps. Nous ressentons les effets de l’émotion, mais nous ne nous arrêtons pas pour réfléchir à leur signification (peur de me ridiculiser si je parle en public, peur d’être rejeté si je dis ce que je pense, etc.).

Nous assumons, même inconsciemment, la réalité de la menace et nous maintenons l’état d’alerte au fil du temps jusqu’`transformer l’émotion en un état d’esprit durable qui nous paralyse. Cependant, le corps n’est pas préparé pour réguler de façon durable les stimuli physiologiques et émotionnels qu’il reçoit. Et probablement, depuis un état de stress, notre comportement vient confirmer la menace initialement perçue. Nous entrons alors dans un cercle vicieux. Ceux qui ne savent pas comment gérer leurs émotions deviennent victimes de leurs circonstances.

L’échec, une menace pour ma valeur personnelle ?

Le terme échec vient du mot italien fracassare qui peut être traduit par « se briser » ou « se rompre ». Qu’est-ce qui peut se briser ou se casser si je m’autorise à agir ? Ou encore, qui peut se briser ou se rompre si j’avance vers mes objectifs ?

Un échec est le résultat d’une série de décisions et de comportements qui peuvent être inappropriés par rapport à un certain objectif (choisir un partenaire avec lequel la relation ne fonctionne pas, prendre une décision inadéquate dans mon travail et ne pas atteindre mes objectifs, etc.) ; cependant, se tromper et faire des erreurs est une excellente opportunité pour apprendre de ce qui ne marche pas et explorer différentes réponses pour continuer à avancer vers ses objectifs.

Cependant, quand je pense aux erreurs possibles que je pourrais faire, je me sens bloqué. Le blocage apparaît lorsque j’anticipe mes erreurs possibles à partir de mon propre jugement et de ma valeur personnelle. « Si je suis rejeté par la personne que j’aime, cela signifie que je ne suis pas une personne intéressante » « Si je n’atteins pas mes objectifs de travail, cela signifie que je ne vaux rien ». J’entre dans un processus où ce que je fais, ou ce que je pourrais faire, devient pour moi qui je suis. Agir devient dans mon esprit une menace capable de « briser » ou de « rompre » ma propre identité.

Coaching de Vie

Présentiel ou à distance

Donnez-vous l’opportunité d’expérimenter ce que le coaching peut apporter à votre vie.

Demandez votre premier rendez-vous

Coaching Personnel et professionnel

Exigence de soi et perfectionnisme : portes ouvertes à l’échec.

Nous ne supportons pas l’idée de ne pas être parfaits et nous ne voulons en aucun cas prendre le risque de nous montrer tels que nous sommes : des personnes vulnérables.
C’est alors que nous développons -souvent inconsciemment- des stratégies très efficaces pour éviter de faire face à cette menace : auto-dévalorisation (« je ne peux pas », « je ne vaux pas », etc.), fixation d’objectifs inatteignables (je commence à agir sans vraiment savoir ce que je veux, délais irréalistes, etc.), procrastination (mille autres choses urgentes à faire se présentent à moi « je le ferais demain », etc.).
Finalement, ce sont ces comportements qui génèrent les conditions parfaites pour échouer avant même de faire le premier pas, ce qui à son tour diminue mon estime de soi et confirme mes peurs.

La peur de réussir n’arrive jamais seule.

Ainsi, dans la plupart des cas, sinon dans tous, ce sont nos anticipations inconscientes sur ce qui pourrait se passer (la peur de ce qui se passera si j’obtiens tel ou tel résultat, la peur de quitter ma zone de confort et ses conséquences dans la vie future) qui nous empêchent d’agir.

Si nous pensons que notre objectif n’est pas pour nous, ce sera effectivement le cas ; Si nous pensons que nous ne serons pas à la hauteur, nous ne le serons pas ; Si nous pensons qu’il est trop tôt ou trop tard pour aspirer à plus, nous n’avancerons pas non plus. Nier ce mécanisme d’anticipations autoréalisatrices, c’est choisir de continuer à se comporter de la même façon et de renoncer à toute opportunité de prospérité, de succès et d’amélioration.

“Il est dur d’échouer mais il est pire de ne jamais avoir tenté de réussir ».
– Franklin D. Roosevelt.

Dernières Publications

Catégories du blog

Nathalie Bertin Life Coach

Articles Similaires